Les léninistes en folie

La grève étant un mouvement collectif, les événements récents ont démontré que les léninistes agissent toujours par groupuscules, car il faut bien qu’ils soient plusieurs pour former un encéphale complet. 

D’ailleurs, que feraient-ils d’un cerveau ?

En effet, un léniniste n’a pas le temps de penser, parce qu’il y a toujours des banderoles à préparer, des grèves à organiser, des universités à bloquer, des rues à saccager ou des magasins à piller.

De même, un léniniste ne lit pas.

Tout d’abord, il n’en a pas les ressources, son esprit demeurant englué dans les méandres psychotiques de « l’écriture inclusive ».

Ensuite, il ne le souhaite nullement : qui voudrait (re)connaître la faute du père et se découvrir la progéniture imbécile d’un monstre ?